S.E.M. Ali BONGO ONDIMBA réaffirme sa vision de l'Afrique !

Lundi, 15 octobre, 2012 - 10:28

Présent aux assises  du   XIVe Sommet de la Francophonie, dont le thème cette année était  « Francophonie, enjeux environnementaux et économiques face à la gouvernance mondiale », S.E.M.  Ali BONGO ONDIMBA  a réaffirmé l’importance de la paix, du développement économique durable et de la préservation de l’environnement pour construire l’avenir de l’Afrique mais aussi la nécessité de réformer la gouvernance internationale.

Le couple présidentiel gabonais , à son entrée au Palais du Peuple de Kinshasa

Le  Président Gabonais s’est exprimé sur la nécessité de trouver des solutions pour faire en sorte que, conflit, pauvreté et dégradation de l’environnement, des problématiques majeures en Afrique, se transforment en un cercle vertueux de paix, développement économique durable et préservation de l’environnement.

S.E.M.Ali BONGO ONDIMBA accueilli par son homologue congolais , le Président Joseph KABILA

S.E.M. Ali BONGO ONDIMBA , a déclaré que « l’Afrique a besoin de paix pour se développer » et pour envisager un « avenir qui repose sur des atouts économiques et environnementaux considérables ».

Mais, il est aussi nécessaire de « bâtir des économies robustes, fondées sur une meilleure valorisation des ressources naturelles, sur une plus grande résilience à la volatilité des prix des matières premières, sur une diversification des activités économiques et des partenariats et sur des ressources humaines bien formées ». « La lutte contre le chômage de la jeunesse doit en être le moteur ». a t il ajouté.

Le Président de la République Gabonaise , chaleureusement salué par le Secrétaire Général de l'OIF

De plus, pour le chef d’Etat gabonais, une comptabilité entre les économies africaines et les contraintes environnementales majeures, auxquelles la planète doit faire face, à savoir le changement climatique, l’érosion de la biodiversité et la dégradation des sols, est primordiale.

Le Chef de l'Etat Gabonais , allant prendre place à l'estrade officielle

« La faible empreinte écologique des pays africains membres de la Francophonie, constitue une opportunité de faire de l’espace francophone un exemple de développement durable ». Mais pour cela, les pays doivent bénéficier des savoirs et technologies pour un développement sobre en émission de gaz à effet de serre.

Le Chef de l’Etat gabonais a ensuite ajouté que « l’Afrique a besoin d’une gouvernance environnementale mondiale qui soit opérationnelle et à la hauteur des enjeux ».Pour lui, il est important de réformer cette gouvernance internationale.

En effet, « la multiplicité des agences et des programmes ne permet pas d’atteindre la coordination et l’efficacité indispensable à la mise en œuvre des décisions internationales». De plus, il existe  un « manque de volonté politique au regard des lourdes menaces qui pèsent sur l’avenir de la planète, qui ne permet pas de changer les trajectoires actuelles ; pour preuve, le Monde s’inquiète de l’érosion galopante de la biodiversité indispensable à la vie, mais à ce jour, seuls 6 Etats ont ratifié le protocole de Nagoya », dont le Gabon. Enfin, parce que « la question des biens communs de l’Humanité, doit pouvoir trouver des réponses à la hauteur des inquiétudes et des aspirations des peuples à se développer ».

Le Président Ali BONGO ONDIMBA devisant avec ses homologues du Niger ( au centre ) et de la Côte d'Ivoire

Le président a conclu son intervention en ajoutant qu’ « une Francophonie dynamique et audacieuse doit pouvoir permettre de contribuer à assainir la gouvernance environnementale mondiale actuelle pour en améliorer les performances ».

Les chefs d’Etats et de gouvernements présents ont salué l’intervention du Président Gabonais . Intervention  qui vient  renforcer la Déclaration de Kinshasa, adoptée à l’unanimité au terme de ces deux journées de travaux.

© Copyright Infos Gabon