Revisiter les axes de coopération en matière d'agriculture entre le Gabon et le Maroc !

Jeudi, 16 juin, 2016 - 17:48

S.E.M.Abdu Razzaq Guy KAMBOGO, Ambassadeur Haut Représentant de la République Gabonaise, près le Royaume du Maroc, s’est rendu, ce mercredi 16 juin 2016, au siège du ministère marocain de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, pour une séance de travail au secrétariat général de ce Département Ministériel.

Monsieur Mohamed SADIKI , Secrétaire Général de ce ministère est venu personnellement recevoir le Chef de la Mission Diplomatique du Gabon  et la délégation qui l’accompagnait .

Cette séance de travail qui intervient quelques temps après le séjour au Royaume du Maroc, de Monsieur Mathieu MBOUMBA NZIENGUI , Ministre  d’Etat gabonais, Ministre de l'Agriculture et de l'Entrepreneuriat Agricole , Chargé de la mise en Œuvre du Programme Graine, aura , surtout permis de revisiter un certain nombre d’options arrêtées par les ministres des deux pays pour booster la coopération dans certains secteurs .

Monsieur le Secrétaire Général ,  entouré de quelques responsables et spécialistes du  Ministère Marocain de l’Agriculture , a souhaité que soit mis en place assez rapidement une plate forme de travail qui permette d’identifier et de cerner les besoins  et les nécessités de coopération .

Souscrivant à cette volonté de procéder à un véritable état des lieux pour apprécier la faisabilité de certaines actions , et reprenant les axes déployés par les plus hautes autorités du Gabon , S.E.M.Abdu Razzaq Guy KAMBOGO a rappelé l'attachement de son pays à l'expertise marocaine pour l'accompagner dans ses différentes stratégies de développement et de production , en matière d'agriculture . 

Appréciant les formes déclinées, S.E.M.Abdu Razzaq Guy KAMBOGO souhaite, toutefois, qu’un regard urgent soit porté sur les questions de formation , compte tenu des priorités évoquées par Monsieur le Ministre d’Etat , lors de son entretien avec le Ministre marocain de l’agriculture et qui portaient pour l’essentiel sur la relance effective des activités de l’Ecole Nationale des Cadres Ruraux , à Oyem , dans le Nord du Gabon .

Le diplomate gabonais , rappelant que le projet, au Gabon  , était en effet , en voie d’édification avec  une unité de production d’ammoniaque à partir du gaz gabonais et une unité de production d’engrais phosphatés , aura , par ailleurs, émis le vœu  qu’une action soit menée auprès de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) , pour que soit effectivement lancée le partenariat entre l’OCP et la Société Equatoriale des Mines (SEM) s’appuyant sur une intégration de ressources naturelles du Maroc (phosphate) et du Gabon (gaz), pour la production d’engrais phosphatés.

Un partenariat à portée continentale qui devrait contribuer contribuera à une Révolution Verte Africaine, nécessitant une utilisation de plus de 10 millions de tonnes d’engrais phosphatés dans les prochaines années. 

Monsieur Mohamed SADIKI aura souligné que les différents services du Ministère Marocain de l'Agriculture , étaient disposés à apporter leur expertise et leur savoir faire pour répondre aux attentes des dirigeants des deux états . Cela devrait toutefois cadrer avec des objectifs clairement déterminés . En somme : l'élaboration d'un cahier de charges définissant asez clairement les acteurs devant porter cette coopération.

 

Divers responsables marocains, présents à cet entretien, sont intervenus, pour préciser les contours des activités des secteurs qu’ils dirigent. Indiquant surtout qu’ils restaient en attente des besoins exprimés par la partie gabonaise .

 

Défrichant le terrain , S.E.M.Abdu Razzaq Guy KAMBOGO , a rappelé , à ses hôtes ,  les questions  sur lesquels la partie gabonaise  attachait une importance cardinale : 

  • les semences 
  • la formation professionnelle
  • l'irrigation et l'aménagement des espaces agricoles 

Cette séance de travail aura incontestablement permis de se faire une raison sur la vitalité d'une coopération en matière d'agriculture qui gagnerait à prendre , très vite une vitesse de croisière .

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM