Le Professeur Gabriel MALKA de l'Université de Benguérir reçu à la Chancellerie du Gabon !

Lundi, 5 décembre, 2016 - 20:22

L’imprégnation de l’Office Chérifien du Phosphate (OCP) dans le monde universitaire et de la formation : ces problématiques étaient au centre de l’audience accordée,  en début d’après midi, ce Lundi 05 Décembre, par S.E.M.Abdu Razzaq Guy KAMBOGO, Ambassadeur Haut Représentant de la République  Gabonaise, près le Royaume du Maroc, au Professeur Gabriel MALKA de l’Université Polytechnique Mohamed VI de Benguérir.

Financé par la Fondation de l’OCP, l’Université Mohamed Vi de Benguérir apparaît aujourd’hui comme un espace vital pour la formation de futures élites africaines.

Le Professeur Gabriel MALKA, responsable du Pôle Santé de la structure aura saisi cette opportunité pour préciser au Chef de la Mission Diplomatique du Gabon au Royaume du Maroc les centres d’intérêt poursuivis par sa structure , et singulièrement les modules de formation à même de permettre à des cadres africains de pouvoir diriger des entreprises de santé .

L’éminent homme de science a tout aussi bien indiqué que pour atteindre  ces ambitions , l’université avait noué de précieuses conventions  avec de nombreuses structures de formation occidentales (Harvard , ou encore l’Institut des Etudes Politiques de Paris ).

Faisant découvrir certaines brochures à S.E.M.L’Ambassadeur Haut Représentant, le Professeur MALKA a, par ailleurs indiqué que sa structure serait toute disposée à pouvoir nouer des partenariats avec le Gabon. Partenariats tous azimuts allant dans le sens de formations aussi bien destinées à des étudiants qu’à des praticiens jouissant d’une certaine expérience ( 4 à 5 années ).L’Université serait , également , prête à accueillir et à former de façon continue des dentistes qui souhaiteraient se spécialiser dans l’identification de victimes de catastrophes .

Sensible à toutes ces approches, S.E.M.Abdu Razzaq Guy KAMBOGO a dévoilé à son hôte le grand intérêt porté par les plus hautes autorités du Gabon qui depuis 2010, n’ont cessé d’ouvrir de vastes chantiers dans ce domaine de la santé. Comme en témoignent de nombreux  CHU, à Libreville ; et des CHR, à l’intérieur du pays.

Toutefois, le Diplomate gabonais a reconnu que toute cette volonté se heurte à plusieurs  handicaps, et notamment l’absence effective de ressources humaines qualifiées et en nombre suffisant. Souhaitant qu’un regard particulier soit jeté sur la gestion des structures hospitalières ne disposant pas toujours de gestionnaires formés et rompus à la tâche.

Des responsables du ministère gabonais de la santé, pourraient, dans les toutes prochaines semaines, venir visiter cette université et tracer des voies de coopération.

Interrogé à la sortie de cette audience, le Professeur Gabriel MALKA a indiqué que l’Université de BENGUERIR serait disposée à accompagner le Gabon vers une plus large quête de médecins spécialistes, en permettant, par ailleurs, un meilleur accès au médicament, via des négociations avec différents laboratoires pharmaceutiques marocains. 

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM