Le Président de la République Gabonaise face à la Presse Nationale !

Lundi, 19 août, 2013 - 10:31

Après le traditionnel défilé militaire du 17 août 2013, qui s’est tenu, comme à l’accoutumée, sur le boulevard de l’Indépendance à Libreville, le président de la République, S.E.M. Ali BONGO ONDIMBA, a accordé une interview à la presse gabonaise. Une interview touchant à différentes problématiques concernant  l’économie, la politique, le social.

Les journalistes sélectionnés pour cet exercice provenaient autant de la presse écrite-tabloïd que de la presse écrite en ligne, en passant par les journalistes de la radio  et de la télévision.

Les différentes questions posées ont permis au président Ali BONGO ONDIMBA de confirmer sa volonté de changer la donne et d’inscrire le Gabon, comme il l’énonçait dès les premières heures de son accession à la magistrature suprême en 2009, dans le giron des pays émergents.

Cet échange aura également permis  d’appréhender son interprétation de la situation politique économique et sociale du Gabon, mais aussi de quelques aspects de l’actualité internationale.

En parlant d’économie , le Président Ali BONGO ONDIMBA  , invité à donner son appréciation des réformes engagées depuis sa prise de fonction a déclaré : «je ne pourrais jamais vous dire que je suis pleinement satisfait du rythme des réformes. Je suis satisfait des réformes engagées et en cours, mais quant au rythme, nous pouvons mieux faire». Le président de la République estime que ce qui était important, au-delà de tout, était d’entamer ces réformes. Ce qui a été fait et le temps permet de réajuster et de voir comment faire en sorte qu’elles atteignent leur vitesse de croisière.

Interrogé «sur quoi il comptait pour fixer l’émergence du Gabon d’ici à 2025» – le Président de la république Gabonaise  a répondu que certains pays se sont fixés des échéances plus courtes et que, dans le cas du Gabon, il est d’abord question d’initier le processus, de le mettre sur les rails. Dès le départ, il fallait se «fixer des objectifs contraignants», a expliqué le chef de l’Etat. S’il n’a pas vu les choses en termes de trois mandats présidentiels devant couvrir les 20 ans nécessaires observés pour atteindre l’émergence économique, il estime que les gouvernements qui viendront devront poursuivre sur cette lancée. Au sujet du retard constaté quant à la construction de 5000 logements par an, Ali BONGO ONDIMBA  a souligné qu’il y avait un autre besoin plus urgent pour le Gabon : «Nous avions une priorité qui était celle de la route» du fait qu’elle allait permettre le déploiement rapide des citoyens et des entreprises censées réaliser ces édifices sur l’ensemble du pays. «Il était question que nous puissions définir les normes en matière de logement dans notre pays. Les normes internationales doivent s’appliquer. Il n’y a pas de normes tropicales», a lancé le chef de l’Etat qui a, en outre, souligné que ces travaux passent par de «bonnes études».

S’agissant des casses entreprises, dans certains quartiers de la capitale gabonaise, le président Ali BONGO ONDIMBA a indiqué que cette opération est intervenue du fait que «nous n’avions pas développé les grands axes en tenant compte de la densité du trafic». Il fallait donc procéder à la libération des lieux obstrués et diminuer la densité de la circulation des automobilistes. «Pour rénover ces quartiers, il faut d’abord leur offrir une zone de relogement», a-t-il dit pour dénoncer par ailleurs les lourdeurs enregistrées dans l’obtention d’un titre foncier.

La problématique de la hausse des prix du loyer et de la cherté de la vie n’était pas en reste. Et le Président Ali BONGO ONDIMBA  d’expliquer que le problème, au Gabon, est qu’un important nombre de produits n’y est pas fabriqué. «Nous avons tout fait pour que l’inflation n’augmente plus», a-t-il déclaré avant d’ajouter que «nous souhaitons maintenir un taux de croissance raisonnable». Le président a reconnu que les mesures prises semblent insuffisantes. D’où sa volonté de réaménager la politique fiscale et douanière du Gabon, non sans noter que le problème de la vie chère n’est pas spécifiquement gabonais,  il existe des pays où les prix sont plus élevés. «La baisse, oui. Mais nous allons demander un effort au secteur privé et à l’administration… nous avons été sur le terrain et nous avons constaté qu’il y a des commerçants qui ne respectent pas les normes fixées», a-t-il dénoncé en demandant également aux contrôleurs de mieux faire leur travail.

Au regard de tout cela, la président de la République a estimé que la situation n’est pas aussi mauvaise que cela peut paraitre. Pour lui, le niveau de vie des Gabonais a changé. «Le chiffre d’affaires de certaines entreprises a augmenté», a-t-il dit.

Pour ce qui est de la corruption, de l’affairisme et autres maux qui plombent le déploiement de l’économie nationale, Ali BONGO ONDIMBA  indique  que des enquêtes sont en cours, des entreprises déjà indexées et mises en redressement ou en débet. «Nous souffrons d’un manque de communication […]Que nos compatriotes comprennent que nous ne sommes pas restés les bras croisés. La justice fait son travail», a-t-il précisé tout en soulignant que des budgets seront augmentés pour les institutions chargées de mener les opérations d’enquêtes et autres jugements. Toute chose qui devrait être soutenu par la formation des enquêteurs pour une meilleure investigation.

La mesure d’’interdiction de l’exportation du bois en grume est vue par le chef de l’Etat comme un succès. Plus de 3500 emplois ont été créés dans le secteur depuis 2010, 50 Petites et moyennes entreprises (PME) ont également été crées, a informé le Chef de l’Etat  avant de relever que cette interdiction  a été une belle initiative. «En 2020, nous ne devons plus qu’exporter des biens qui ont subi une première transformation locale», a déclaré le président de la République qui a pris l’exemple d’un meuble fabriqué dans un autre pays à partir du bois produit au Gabon mais dont le prix de revient exclu une grande partie de Gabonais de son acquisition. «Pour qu’une économie soit forte, il faut qu’elle repose sur une diversification et non sur un seul produit», a-t-il soutenu.

Le domaine du social, dans cette entrevue ,  a permis au  président Ali BONGO ONDIMBA de mettre l’acent  sur l’accès aux logements sociaux que le Société nationale Immobilière (SNI) construit sur l’ensemble du territoire. Par rapport au nombre de 5000 logements promis par an aux Gabonais, le chef de l’Etat a déclaré : «nous avons beaucoup de retard et nous espérons le rattraper». Il explique ces retards par un certain nombre de contingences dont la réorganisation du secteur, et la viabilisation des parcelles. Pour l’acquisition des bâtisses déjà réalisées, il a fait remarquer que celles-ci sont onéreuses. «Les premiers chiffres (prix) paraissent chers […] Ce ne sont pas des logements sociaux», a-t-il lancé. «Nous allons, avec le gouvernement, voir avec les banques comment accompagner les populations dans l’acquisition de ces logements», a-t-il promis. Cela permettra de réduire les taux des prêts et d’augmenter les délais de remboursement. Le gouvernement devra donc accompagner ce mouvement. «Une bonne politique doit amener une situation apaisée dans un pays, sans soubresauts, sans grèves», relève le président de la République. Liant cette problématique à celle du chômage, du fait notamment que ceux qui ne travaillent pas ne pourront prétendre à ces logements «si vous faites une maison à 30 millions de francs CFA, ce n’est pas un logement social», d’où l’ambition du Président de la République de faire de son mieux pour que les Gabonais vivent globalement dans de meilleurs conditions de vie.

Se voulant rassembleur, le chef de l’Etat .a continué à appeler à l’union des Gabonais pour la cause commune de développement qui transcende les ethnies, les provinces et les clans

FSNB / JCB