Présentation de Voeux au couple présidentiel gabonais!

Mercredi, 8 janvier, 2014 - 14:21

Dans un discours aux allures de bilan de l’action de son gouvernement, prononcé , lors de la présentation des vœux au Chef de l’Etat, le Premier ministre, Raymond NDONG SIMA , a reconnu que « tout n’a pas été rose en 2013 ».

D’après le chef du gouvernement, de nombreux sujets d’irritation sont apparus et nombre de dossiers n’ont eu, ni la célérité dans leur exécution, ni la qualité souhaitée.

« Il vous est même arrivé d’exprimer une légitime exaspération tout comme vous avez relevé, dans votre adresse à la Nation, ces manquements et leurs conséquences sur le bien-être collectif », a rappelé M. NDONG SIMA.

*Sur le plan social, le Premier Ministre est revenu sur la montée en puissance progressive des revendications portant essentiellement sur des questions du coût de la vie ; de l’augmentation des salaires ; de la régularisation des situations administratives des agents de l’Etat. 260 milliards de francs CFA ont été consacrés à des subventions dont 160 aux produits pétroliers, pour contenir les augmentations des prix notamment celles des produits alimentaires orientés à la hausse sur les marchés internationaux.

Sur ce même registre des revendications, le monde de l’Education a été particulièrement en ébullition. D’abord, dans l’enseignement supérieur où les enseignants ont observé une grève de 80 jours. Ensuite, dans l’enseignement primaire et secondaire où le premier trimestre de l’année 2013-2014 a été pour le moins perturbé et les tensions si exacerbées que nous avons dangereusement flirté avec le chaos.

« Nous aurions pu faire l’économie d’une grande partie de ces perturbations si des confusions regrettables n’avaient conduit de nombreux acteurs à des dérives tout aussi regrettables et si nous avions tous su faire preuve d’une plus grande discipline républicaine. Cette indiscipline d’une part et une propension à des demandes excessives d’autre part sont le maillon faible de notre marche vers le progrès dont aucun Gabonais ne doit être exclu », a relevé Monsieur NDONG SIMA estimant que « le maintien d’un climat social apaisé est une condition nécessaire au bon déroulement de tout projet économique car, à contrario, les troubles sociaux entravent l’investissement et la croissance ».  

*Au niveau économique, le chef du gouvernement a laissé entendre que « les goulots d’étranglement dans le trafic qui s’accroissent dans les grandes villes et particulièrement à Libreville, comme les catastrophes survenues dans différents quartiers de cette ville et plus généralement l’insuffisance de l’offre en matière d’habitat nous rappellent tristement l’urgence des solutions à déployer. Le Gouvernement s’emploiera avec plus de vigueur à la résolution de ces problèmes ».

*S’agissant de l’administration, il a noté avec satisfaction que c’est au cours de cette année qu’a été finalisé le très épineux problème des situations administratives des fonctionnaires et agents de l’Etat. 120 milliards de francs CFA ont été consacrés à réparer les conséquences financières d’une longue dérive administrative. Un dossier vieux dans certains cas de 29 ans.

En réitérant ses vœux au couple présidentiel, le chef du gouvernement a déclaré pour conclure que : « Le passage d’une année à une autre est précisément l’occasion opportune de marquer une pause pour regarder le chemin parcouru, se réjouir des succès engrangés, identifier les points de blocage pour penser le futur dans la sérénité ».

 

 

Après le Premier ministre, le tour est revenu aux présidents du Sénat, de l'Assemblée Nationale, de la Cour Constitutionnelle et du Corps Judiciaire d’adresser leurs vœux les meilleurs au couple présidentiel.

Dans sa réponse, le Chef de l’Etat, a invité les uns et les autres à s’approprier son discours de vœux à la nation prononcé lors de la Saint Sylvestre où il annonçait les grandes réformes qui vont rythmer l’année 2014.

SERVICE PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM