Ouverture à Rabat d'une Conférence Internationale sur l'Eau et le Climat !

Lundi, 11 juillet, 2016 - 13:37

Le Maroc a décidé de mettre les bouchées doubles dans la perspective de la COP22 qui devra se tenir au mois de Novembre prochain, dans la ville de Marrakech. C’est dans ce contexte, en effet, que s’est ouverte, ce Lundi 11 Juillet 2016, à Rabat, une  conférence internationale sur l’eau et le climat sous le thème «La sécurité hydrique pour une justice climatique». Conférence conjointement organisée par le Ministère délégué chargé de l‘Eau du Royaume du Maroc, le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer de la République Française et le Conseil Mondial de l’Eau.

Ministres, diplomates, agences de développement, fondations, entreprises, institutions gouvernementales, agences onusiennes et ONG participent  à cet important événement dont l’objectif est de sensibiliser et mobiliser les acteurs politiques, institutionnels, techniques, financiers et la société civile pour que les enjeux liés à l’eau soient inscrits au premier plan de l’agenda des négociations des parties sur les changements climatiques.

Déclinant les objectifs poursuivis par cette rencontre, Madame Charafat AFAILALMinistre déléguée, chargée de l’Eau du Royaume du Maroc, a indiqué que celle-ci visait à  sensibiliser les décideurs sur l’impact des changements climatiques sur l’eau, et souligner l’importance de l’eau comme étant un domaine d’adaptation et de résilience d’excellence.

Le Royaume du Maroc, entendant donner à la COP22 un cachet particulièrement africain, Madame le Ministre, déclamant que le continent africain, plus que tout autre, souffrait des aléas des changements climatiques appelle l’Occident à aider les pays africains pour faire face à cette vulnérabilité.

Pour le membre du Gouvernement marocain , ceci passera par une mobilisation des  acteurs politiques, institutionnels, scientifiques et techniques pour que les enjeux liés à l’eau soient inscrits au premier plan des négociations de la COP de Marrakech , au mois de Novembre , pour apporter des réponses concrètes à la relation entre l’eau et le climat en Afrique.

A sa suite, Monsieur Xavier STICKER, Ambassadeur français, Délégué à l’Environnement, a dit toute la volonté du Gouvernement français à accompagner le Royaume du Maroc, dans l’organisation de la COP22. En même temps que , se situant dans le sillage des efforts entrepris pour pérenniser les bienfondés de l’eau , il appelle à un renforcement de la gouvernance de ces secteur .

Indiquant qu’il était, aujourd’hui, plus qu’urgent de travailler dans l’objectif de répondre aux attentes des populations frappées par le dérèglement climatique. Et de parvenir à l’élaboration d’un mémento autour de l’eau , en vue d’une restitution lors de la COP22 , à Marrakech .

Loïc FAUCHON, Président Honoraire du Conseil Mondial de l’Eau , a ressassé les réalisations entreprises ,c es dernières années , par le Royaume du Maroc , pour asseoir de la suffisance en eau .

Concluant en disant que l’absence d’eau ne devait pas être considérée comme quelque chose d’irréversible, Monsieur Fauchon appelle les uns et les autres à trouver des solutions , à passer du transfert des connaissances à l’échange des compétences , et à renforcer les formes de coopération , notamment , au niveau parlementaire , dans les régions où les catastrophes liées à l’eau sont des réalités .

Monsieur Abdelilah BENKIRANE , Premier Ministre et Chef du gouvernement Marocain , concluant cette série d’allocutions , pour le lancement de cette conférence internationale , dans le langage , fort imagé qu’on lui connaît , aura souligné que cette rencontre constituait une orientation salutaire permettant , à la fois, de réaffirmer et de soutenir les grands principes sur la nécessité de faire un meilleur usage de cette richesse commune, de réaffirmer et de soutenir la mise en place de stratégies d’inflexion rapide des modes d’exploitation, de consommation et d’utilisation de l’eau pour éviter que cette ressource, qui n’existe qu’en quantités limitées, devienne un frein essentiel pour le développement aussi bien humain, environnemental qu’économique.

Le premier responsable gouvernemental marocain aura rappelé que plusieurs impératifs  obligeaient  à ne plus se satisfaire de discours généraux et généreux, mais imposent à ce que l’action soit inscrite dans une dynamique de partenariat mondial, en faire un réel code de conduite qui s’impose à tout un chacun pour préserver ce bien si spécifique et promouvoir une utilisation rationnelle de la ressource en étroite liaison avec l’équilibre climatique et le développement intégré et durable de l’eau.

Plusieurs ministres et décideurs politiques venus prendre part à ces assises ont ensuite posé pour une photo de famille avec le Premier Ministre Marocain ,  des  membres de son gouvernement et diverses autres personnalités scientifiques et du monde de la finance .

L’événement qui s’est ouvert, ce lundi matin, pour se poursuivre et s’achever dans le journée du mardi 12 juillet 2016 , s’articule autour de 4 sessions:

  1. Vulnérabilité de l’eau aux changements climatiques Session
  2. Place de l’Eau dans la mise en œuvre de l’accord de Paris et des ODD 
  3. Alliance « eau-énergie-sécurité alimentaire- santé-éducation » 
  4. Quelle place de l’eau dans les mécanismes de financement liés aux    changements climatiques? 

Annoncée lors de la COP21, tenue à Paris,  cette  Conférence est une  étape préparatoire importante avant  la tenue de la COP22.

Afin de poursuivre l'élan en faveur de l’eau, une plateforme sera mise en place pour servir de base de discussion. Celle-ci sera présentée sous forme d'un «Livre bleu» lors de la journée dédiée à l'eau  en marge de la conférence mondiale sur le climat à Marrakech. 

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRM