La Journée de l'Afrique consacre une ''Place de l'Unité Africaine '' , à Rabat !

Samedi, 25 mai, 2013 - 16:07
 
Donner le nom de «l’Union africaine» à une place de la capitale revêt, selon le MInistre Marocain des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale , Saad Eddine El OTHAMNI , une importance dans la mesure où il permet un retour à l’histoire, notamment la lutte pour la libération et l’indépendance des pays du colonialisme et qui ont été menées par les grands leaders de l’Afrique dont feu Sa Majesté MOHAMMDE V et feu Sa Majesté le Roi HASSAN  II. Des combats qui avaient pour but la construction des États et des institutions ainsi que la réalisation du développement économique et social. À cela s’ajoute l’instauration des jalons de l’Unité africaine, et ce, depuis 1961
 
 
Prenant la parole , à son tour , et se prononçant au nom de tous les Ambassadeurs Africains ,S.E.M. Ismaila NIMAGA , Ambassadeur de la République Centrafricaines et Doyen des Ambassadeurs du Groupe Africain, a fortement salué le rôle que joue le Maroc, via sa diplomatie, pour le développement de l’Afrique ainsi que pour assurer la sécurité et la stabilité du continent.
 
 
Pour le corps diplomatique africain accrédité à Rabat «Baptiser une place au centre de la ville de Rabat au nom de l’Union africaine est pour nous ambassadeurs et représentants de nos pays un acte qui nous permet de mesurer et de toucher à sa juste valeur l’engagement du Maroc non seulement pour soutenir les pays africains mais également pour apporter un saut particulier pour faire de la coopération Sud-Sud un outil de développement et de croissance», a déclaré le Doyen des Ambassadeurs Africains.
 
FSNB / JCB
 
Le groupe diplomatique africain regrette l’absence du Maroc dans l’Union africaine
 
En somme, le Maroc est un partenaire incontournable pour l’Afrique. C’est une pièce maîtresse dans l’édifice africain. Et ce, malgré son absence des structures de l’Union africaine. D’ailleurs, le doyen du groupe africain a vivement déploré cette absence : «Nous regrettons l’absence du Royaume du siège de l’Union africaine et pour lequel nous nous tenons debout pour lui ouvrir les grandes voies et lui dérouler un tapis rouge pour qu’il revienne et regagne sa famille», pour reprendre son expression.
 
Publié le : 24 Mai 2013 - Soumaya Bencherki, LE MATIN