Interview de Monsieur Paul MOUKETA , Conseiller du Ministre Gabonais de la Communication !

Jeudi, 26 juillet, 2012 - 17:30

Entretien avec Monsieur Paul MOUKETA , cinéaste , et Conseiller , chargé de la Production Cinématographique et Audiovisuelle , du Ministre gabonais de l’Economie Numérique , de la Communication et de la Poste .

Monsieur Paul MOUKETA (à droite) et quelques responsables Marocains

Monsieur le Conseiller , peut-on savoir , exactement , dans quelle optique se situe votre actuel séjour en territoire chérifien ?

Notre pays vous le savez est résolument engagé dans un vrai processus de réformes. Notre secteur , celui de la communication n’est pas en marge.Un nouveau code de la Communication va être adopté incessamment. Ce code entérine l'arrivée de la communication numérique , mais aussi la mise en place d'établissements publics en lieu et place des services sous tutelle qui existaient auparavant. Citons Gabon Télévision, Radio Gabon. Autre innovation contenue dans ce Code : Une meilleure définition des métiers du secteur ; qui est journaliste, comment le devient-on, qui est cinéaste comment le devient-on ?Donc ma présence  ici est une investigation sur les opportunités de formation que peut nous offrir le Maroc afin d’asseoir et affermir encore plus nos différents métiers…

Comment se présente cette coopération bilatérale en matière de presse , d’audiovisuel et de cinéma , entre la République Gabonaise et le Royaume du Maroc ?

C'est vous qui êtes au cœur de cette grande fourmilière qu'est la coopération bilatérale. Vous voyez à dessein que je n'utilise pas le style diplomatique.

Mais pour faire court , c’est vrai que la culture au sens large, l'audiovisuel , la musique, le cinéma, la littérature sont un peu les parents pauvres de cette coopération bilatérale. Laissez-moi  prendre deux exemples pour illustrer mon propos : Vous connaissez la boite de sardines : oui, la boite de sardines made in marocco elle a été et  est toujours un « hit », un produit de première nécessité dans les chantiers forestiers, les quartiers populaires, les internats des établissements depuis plus de 50 ans dans notre pays.

Le deuxième exemple je vais le chercher dans les Ntic. Le double crédit de Gabon Télecom en matière de Téléphonie connait à chaque fois un grand succès . Or Gabon telecom est proche de Maroc Télécom.

Voici deux exemples où nous voyons qu’entre le Maroc et le Gabon, les industriels de  l'agro-alimentaire et de la téléphonie se connaissent , échangent, bâtissent des synergies. C'est aux Hommes et Femmes du secteur des Arts et de la Culture, des œuvres de l'esprit, des sciences, de s'imposer, trouver leur place dans les commissions mixtes, les différentes journées organisées ici ou là-bas.... A l’instar des  sardines  et des pixels il faut que les sons et les images circulent elles aussi...C'est l'occasion ici de citer l'expérience qui se met en place autour du Centre Marocain du Cinéma qui est un véritable catalyseur de la production cinématographique au Maroc. Au dernier Festival de cinéma africain de Kourighba, le CCM et les Centres de Cinéma du Bénin,  du Burkina,  de la Côte d'Ivoire, du Mali , du  Niger et du Sénégal ont décidé de créer la Communauté des Cinématographies Africaines pour créer des synergies. C'est une très louable initiative à qui il faut donner sa chance.

Qu’est-ce qui ressort singulièrement des échanges que vous avez pu avoir avec quelques gabonais en formation dans les différentes structures marocaines ?

Grâce aux  services de l’ambassade,  j'ai pu échanger avec quelque uns .

Je retiens de ces entretiens, que malgré les inévitables difficultés pratiques des premiers temps (langues, pratiques religieuses, habitudes alimentaires)  nos compatriotes s'adaptent et s'attachent très vite à ce pays accueillant, dynamique. Souvent quand arrive le moment du départ, c'est parfois un déchirement. Et chacun de ramener « son petit bout de maroc » dans le cœur...

Etudiants Gabonais en Techniques de Communication , devisant avec Monsieur Paul MOUKETA (à droite)

Ces étudiants se plaignent souvent du peu de considération que les pouvoirs publics gabonais accordent à leur formation. Qu’est-ce que vous répondez à cela ?

Il faut les rassurer. Le Gabon maintenant plus que jamais accorde une très grande importance à la formation de ces futurs cadres, dans un souci de spécialisation et de diversification ,  de background...Nous ne souhaitons pas que les cadres Gabonais sortent tous du même moule, formatés de la même manière. Donc oui, le pays tient à tirer profit de toutes les expériences et convenez que celle du Maroc n'est pas la moins intéressante...Tout au contraire. Des cadres formés au Maroc trouveront toujours à s’employer.

Pour finir , Monsieur le Conseiller , le Maroc reste-t-il une destination privilégiée en termes d’offres et de possibilités de formation ?

Ma présence ici est une forme de réponse.

 

Entretien :FSNB / JCB (Photos)