Le GABON EMERGENT expliqué à divers opérateurs économiques , au Maroc !

Jeudi, 21 juin, 2012 - 14:15

 

C’est pour répondre à une demande croissante d’échange d’expertises, que la société BIW (Business In the World) et le Groupe Afrique Challenge ont pris   l’initiative d’organiser  ,à Casablanca, les 19 et 20 juin, la première édition du cycle de conférence « Investir en Afrique ». La première étape de ce cycle de Conférences  était consacrée au « Gabon émergent ».

 

 

Plusieurs opérateurs de divers secteurs étaient de la partie 

 A Casablanca, « Investir en Afrique » a invité différents partenaires économiques pour tisser, le temps d’un séminaire, de nouveaux rapports d’ordre économique.

C’était l’occasion aussi pour passer en revue  les accords commerciaux entre le Gabon et le Maroc. Le Ministère du Commerce et de l’Industrie marocain a été au rendez-vous pour réitérer la volonté du Royaume de participer à l’émergence d’un partenaire séculaire, qu’est le Gabon.

 Venant de différents  horizons, les opérateurs économiques marocains ont répondu présents à ce séminaire. Suivant  avec un énorme  intérêt, des présentations relevant de différents secteurs.

Monsieur Alioune GUEYE du Groupe Afrique Challenge

Dans une présentation minutieuse et assez détaillée, Monsieur Alioune GUEYE ,Président du Groupe Afrique Challenge  et Docteur en Science et Gestion de l’Université de la Sorbonne, a éclairé le parterre présent en cette matinée du 19 juin par une démonstration pertinente des multiples plans du « Gabon Emergent ».

 

Le Représentant du Ministère Marocain du Commerce Extérieur


Mené et très  spécialement suivi par le Président de la République du Gabon, S.E.M. Ali BONGO ONDIMBA, le « Gabon Emergent » est constitué de trois piliers : le Gabon vert, le Gabon industriel et le Gabon des services. Il s’agit, donc, bel et bien, d’un « vaste programme de développement à caractère socio-économique». Sur l’interrogation de savoir les sources de financement du « Gabon Emergent », Alioune GUEYE souligne que le plan revendique un partenariat public-privé. Si l’Etat gabonais prépare le terrain par l’édification des infrastructures et la préparation du cadre juridique, et fiscal, le privé, c’est-à-dire, les banques et les assurances, étrangères et nationales, sont le cœur battant de l’opération. Dans un premier temps Alioune GUEYE  déclare « le carburant de l’émergence au Gabon est le secteur des mines. Ce dernier va apporter des ressources, extrêmement, importantes pour pouvoir prendre en charge le financement de ce plan ». Avant de continuer « il existe deux volets. Quant on parle de la modernisation de l’Etat, c’est la partie des réformes que va entamer l’administration. Et quant on parle du secteur privé, cela veut dire les capitaux mobilisés pour mettre en œuvre les soubresauts de ce plan. Le financement sera mixte ».

 

Deux des Consultants internationaux conviés , pour la circonstance

Plusieurs Consultants internationaux ont mis en avant les différentes offertes. Les opérateurs économiques, non seulement, vont faire des investissements mais l’Etat , de son côté ,  cherchera à être attractif. Il cherchera à améliorer son doing business. La mise en place d’universités, et autres établissements devraient  permettre aux investisseurs de trouver une main d’œuvre qualifiée à un prix raisonnable .

Ce qui reste un vrai cheval de bataille pour l’Etat. Qui entend être épaulé  par des partenaires privés, essentiellement, des banques et des assurances. Plusieurs conventions ont déjà  été conclues, principalement, avec des banques américaines, asiatiques et européennes.il faut dire que Singapour et la Malaisie sont très présents. Avec  la Malaisie qui a, également, de grandes forêts on relève une forte similitude avec le Gabon. C’est un business model. La place financière de Singapour s’engage aussi. Le groupe OLAM qui a pu développer une stratégie fructueuse au Camerone ou en Côte- Ivoire essaye, actuellement, d’entamer une autre aventure au Gabon. Les entreprises américaines ont, dans ce sens, un rôle important à jouer et elles s’engagent pour l’accomplir ».

 

Une assistance  fort  attentive aux propose des intervenants 


Soucieux de fournir un maximum d’informations pour tout investisseur qui veut se rendre  en terre gabonaise, l’équipe organisatrice du cycle « Investir en Afrique », leur a fourni une plate-forme détaillée de renseignements. Ainsi, on apprend, entre autres, que le Gabon jouit de plusieurs atouts. D’abord un accès intéressant aux matières premières et une stabilité politique en plus du pouvoir d'achat élevé comparativement aux autres pays d'Afrique subsaharienne. Dans ce cadre, les opportunités d'affaires y sont nombreuses, et présentent un important potentiel de développement. Les secteurs porteurs au Gabon sont l’énergie, le BTP et l’infrastructure, le textile et la chaussure, les services, l’agro-industrie, et le médical. En plus de ces atouts et de ces opportunités d’investissement, dans le Gabon d’aujourd’hui une classe moyenne est entrain de se développer. L’Etat a déjà amorcé ce plan d’émergence et le processus est entamé. Les premiers fruits du « Gabon Emergent » sont à récolter début 2025.

Représentants de la Mission Diplomatique Gabonaise au Maroc

FSNB/JCB