Gabon: Cérémonie de voeux - Le Chef de l'Etat attend un engagement plus soutenu du gouvernement et des autres institutions de la république

Gabonews (Libreville)

Gabon: Cérémonie de voeux - Le Chef de l'Etat attend un engagement plus soutenu du gouvernement et des autres institutions de la république

Yorick Kombila

4 Janvier 2012


Partagez:

communiqué de presse

Libreville — Dans sa réponse, hier, après avoir reçu les voeux de la nouvelle année du gouvernement et l'administration centrale, du parlement, de la Cour constitutionnelle et du Corps judiciaire, le Chef de l'Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba dans un message intégral dont en voici le contenu, a appelé ces derniers à un engagement plus soutenu qu'en 2011.

Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Madame le Président du Sénat, Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale, Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement, Madame le Président de la Cour Constitutionnelle, Monsieur le Premier Président de la Cour des Comptes, Monsieur le Premier Président de la Cour de Cassation, Monsieur le Président du Conseil d'Etat, Monsieur le Gouverneur de la Province de l'Estuaire, Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux des Ministères,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais tout d'abord vous remercier très sincèrement pour tous les voeux de Santé, de Joie et Bonheur que vous avez bien voulu exprimer à mon endroit, à l'endroit de la Première Dame du Gabon et de toute ma famille.

A mon tour, je voudrais adresser mes meilleurs voeux de bonne santé et de prospérité à chacun d'entre vous, à vos familles et à tous ceux qui sont chers à vos coeurs.

Je souhaite que l'année 2012 soit, pour vous, une source de satisfaction généralisée dans tous les domaines de votre vie et de votre activité.

Monsieur le Premier Ministre, Distingués Invités, Mesdames et Messieurs,

Pour nous, responsables de l'Etat, l'avènement d'une nouvelle année est aussi l'occasion de renouveler notre ferme engagement à oeuvrer à l'amélioration des conditions matérielles et morales de vie de nos compatriotes, c'est-à-dire à poursuivre la marche de notre pays vers le développement.

A ce propos, vous avez tous évoqué les chantiers ouverts depuis 2009, pour offrir à nos compatriotes un « Avenir en Confiance ». Vous avez également souligné les progrès réalisés dans ce sens. C'est un bilan à mi-parcours que nous pouvons partager, chacun d'entre nous ayant pris part dans la réflexion et la réalisation du travail accompli.

En effet, nous pouvons tous être fiers des progrès et des acquis de la politique que nous conduisons pour un Gabon « EMERGENT ».

Ces progrès sont visibles dans les domaines des infrastructures de transport et numérique, de l'énergie, de la formation professionnelle, de l'aménagement des zones économiques spéciales, dans l'instauration des régimes fiscaux d'exception, dans l'amélioration du climat des affaires et la sécurité juridique des investissements.

Les avancées que nous comptabilisons ainsi reposent sur une stabilité macro-économique illustrée par une croissance forte, des prix maîtrisés et un taux d couverture de nos échanges favorables. Ces facteurs renforcent l'attractivité économique de notre pays et offrent une profusion d'opportunités dans les chapitres du Gabon vert, du Gabon industriel et du Gabin des services à forte valeur ajoutée.

Comme vous le savez, notre politique dans ce domaine veut concilier l'objectif de croissance économique et la préservation de la ressource au profit des générations futures et de l'humanité. Nous notons avec satisfaction que nombre d'acteurs économiques ont compris l'intérêt qu'ils ont à tirer de la conciliation de ces deux objectifs.

Cependant, de tout ce que nous avons entrepris, nous savons que beaucoup reste à faire. Les Conseils des Ministres délocalisés nous ont permis de dresser une cartographie plus précise des difficultés auxquelles nos compatriotes sont confrontés. Nous devons nous atteler à les résoudre, en développant des projets viables, dont l'impact économique et social est perceptible, et en veillant au développement équilibré et harmonieux de l'ensemble du territoire national.

Dès lors, en même temps que je vous souhaite une bonne année 2012, je voudrais vous inviter à redoubler d'ardeur au travail, pour être à la hauteur des défis qui sont les nôtres, au service de nos concitoyens.

A cet effet, je voudrais rappeler que notre Plan Stratégique 2011-2016 comporte 26 plans sectoriels et 105 programmes. Parmi ceux-ci, la Réforme de l'Etat occupe une place privilégiée.

Nous voulons désormais que l'Etat se concentre sur ses fonctions régaliennes, à savoir, notamment : établir la stratégie économique, assurer la sécurité des personnes et des biens et mettre à disposition les services sociaux de base. Dans cette vision moderne de la gouvernance publique, les fonctions d'exécution et de régulation seront progressivement confiées à d'autres structures.

Dans la même perspective, il nous faut travailler davantage à restaurer l'autorité de l'Etat dans notre pays. Nous ne sommes pas condamnés à l'alternative entre l'Etat omnipotent d'autrefois et un Etat faible. Entre les deux, il existe la solution appropriée : C'est la construction d'un Etat de droit, dont la Justice est le fondement, et qui garantit à chacun, où qu'il se trouve et quel que soit son rang, des droits, mais aussi des devoirs.

En effet, de tout temps et partout dans le monde, c'est l'application du principe de l'égalité de tous les citoyens devant la loi qui donne force à l'action de l'Etat et renforce sa légitimité politique et sociale.

Il revient à la justice de veiller au respect de ce principe en toutes circonstances, en étant juste à l'endroit de chacun, sous peine de perdre sa crédibilité.

C'est pourquoi il nous faut une justice impartiale, performante et crédible, débarrassée de ses propres errements tant décriés par tous.

Il nous faut une justice indépendante, qu'elle soit constitutionnelle, administrative, judiciaire ou financière, qui ne soit pas sous l'influence des pouvoirs politiques ou économique, mais qui dise le droit, au nom du peuple et dans l'intérêt général.

Nous devons également rebâtir une administration performante et efficace, au service de la prospérité partagée.

Les actions engagées depuis octobre 2009 nous ont conduits à réformer notre administration selon les principes de la bonne gouvernance, pour répondre aussi bien aux exigences d'efficacité de l'Etat qu'aux besoins actuels des usagers. La réorganisation des services ou la création d'agences aux domaines d'action spécifiques participe de cette volonté.

Liens Pertinents

Toutefois, au-delà de l'organisation, une administration, ce sont aussi des hommes et des femmes motivés à gérer des structures dont ils ont la charge et qui ont conscience qu'ils doivent fournir un service public de qualité.

C'est dire que l'efficacité de l'administration dépend très largement de la qualité de ses agents. Je souhaite donc que les actions entreprises dans le domaine du renforcement des capacités ou en vue de motiver davantage les agents de l'Etat soient poursuivies et renforcées, de sorte que l'administration offre à ceux qui le savent encore plus de perspectives de cartière.