Fin du 16éme Sommet à Madagascar !

Dimanche, 27 novembre, 2016 - 13:39

 

Le Sommet de la Francophonie , à Madagascar ,  s’est achevé ce dimanche 27 Novembre 2016 ,  sur la Déclaration d’Antananarivo, jugée ambitieuse et porteuse d’espoir pour l’espace francophone avec l’arrivée de quatre nouveaux membres au sein de l’OIF. C’est l’Arménie qui accueillera le prochain Sommet de la Francophonie en 2018 puis ce sera au tour de la Tunisie, en 2020.

Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA , Président de la République Gabonaise ,  a salué l’adoption, par les Chefs d’Etat et de gouvernement membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), de la résolution initiée par le Gabon et qui entérine la création d’une entité permanente au sein de l’OIF pour la promotion de l’égalité femme-homme, des droits et de l’autonomisation de la femme.

Cette résolution phare, adoptée au  dernier jour des travaux du sommet, s’inspire directement de la « Décennie de la Femme », pan important du programme pour l’Egalité des chances et décrétée par le Chef de l’Etat Gabonais en mars 2015, en totale adéquation avec l’Objectif V du nouveau Programme de développement durable des Nations unies.

Le Président de la République s’est félicité du partage de cette expérience gabonaise avec la Francophonie au travers de cette résolution qui appelle à :

  • une plus grande participation des femmes dans les prises de décision au sein des instances et de l’espace public,
  • la fin de toutes les formes de violences exercées contre les femmes et les filles et à leur formation.

De même, la résolution invite les Etats membres de la Francophonie à faire un état des lieux de la condition féminine dans leur pays. Elle enjoint enfin le secrétariat général de l’OIF à aider les pays de l’espace francophone à mettre en œuvre des politiques sur cette question et à rendre compte des progrès de l’entité, tous les deux ans. Le dernier Sommet de la Francophonie de Dakar avait réaffirmé l’importance de considérer les filles et les femmes comme des actrices du développement et de reconnaître leur rôle indéniable en tant que vecteur de paix. Cette  résolution portée par le Gabon s’inscrit dans cette ambition.

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM

Source : DCP