Entretien avec le nouveau Secrétaire Général de l'Union des Gabonais au Maroc (UGM)

Mercredi, 21 décembre, 2016 - 18:31

Au terme d’un scrutin survenu le 04 Décembre 2016, Christopher GORRA vient d’accéder à la tête de l’Union des Gabonais au Maroc (UGM).Succédant à Levy Mansour OGANDAGA, la tête de liste du nouveau Bureau Exécutif de cette union, a bien voulu répondre  à quelques unes de nos interrogations.

Vous prenez la tête de l’UGM. Sur quels programmes clés entendez-vous bâtir votre action, et quelles sont les premières mesures que vous pensez nécessaires de devoir prendre ?

SGUGM : Nous voudrions commencer  par remercier S.E.M., l’Ambassadeur Haut Représentant et tout le personnel de la Représentation Diplomatique de la République Gabonaise, au Royaume du Maroc, qui ne cessent  de fournir des efforts pour la communauté. Mon équipe, et moi-même, entendons continuer à être un  relais fiable entre la diaspora gabonaise au Maroc , sans exceptions et cette administration

Cela dit , au nombre des objectifs qui nous tiennent à cœur , nous voulons , davantage encore ,  faciliter l’intégration de la communauté,   pour tout ce qui a trait à  l’insertion sociale  en nous appliquant  à renseigner, à orienter et  à apporter  une aide aux personnes qui rencontrent des difficultés. Et s’agissant des points suivant :

L’accueil des nouveaux étudiants et stagiaires :

§  Accompagner ces derniers dans certaines démarches qui relèvent de l’intégration

§  S’assurer de ce que chaque étudiant boursier du Gabon possède  un compte bancaire opérationnel avant les premiers virements bancaires

L’aide aux personnes en difficultés

§  En cas de maladie, de décès ou autres imprévus : apporter une contribution morale et financière

§  Ouvrir une plateforme de recensement des personnes en difficultés.

§  Faciliter les interactions des étudiants (boursiers et non boursiers) avec l’ambassade et l’ANBG.

La régularisation des documents administratifs

§  Recenser les gabonais vivant régulièrement au Maroc , se saisir des cas d’irrégularité qui existeraient , en  comprendre les raisons, informer et apporter des solutions.

Votre élection semble avoir été contestée par l’autre candidat en lice. Quelles garanties apportez-vous à ceux qui douteraient de votre détermination à poursuivre la fédération de la communauté gabonaise au Maroc ?

SGUGM: Un  désaccord malheureux est intervenu  lors du dépôt des dossiers de candidature. Mais il ne faut point perdre de vue que mon adversaire à cette élection  reste et demeure, avant tout, un véritable frère et ami. Et dans notre quête  de valorisation culturelle et intellectuelle du Gabon, d’entraide et de solidarité avec la communauté gabonaise, nous entendons, naturellement, travailler avec toutes les bonnes âmes. Notre credo sera de fédérer, encore , toujours , et davantage .

Le Bureau Exécutif sortant n’a pas tari d’éloges, à l’endroit de S.E.M.l’Ambassadeur Haut Représentant et de l’ensemble du corps diplomatique pour son implication dans la marche de l’UGM, comment pensez vous parvenir à maintenir cette osmose nécessaire ?

SGUGM: Dés le début cet entretien,  nous avons exprimé, nos profonds et sincères remerciements au corps diplomatique. Bous n’avons aucun intérêt à  saper la bienveillante attitude sincère et profonde de la Représentation Diplomatique à l’égard de notre Union. Nous nous engageons, au contraire, à  valoriser ces atouts  auprès de la communauté , via nos réalisations , pour faciliter l’insertion et le vivre ensemble entre les autorités marocaines et nous, d’une part ; mais aussi entre différentes composantes de la diaspora gabonaise, sans distinctions aucunes.

L’un des freins au plein accomplissement des missions dévolues à l’UGM demeure la sempiternelle question des cotisations. De quelle potion magique allez-vous vous servir pour asseoir une véritable participation de la colonie gabonaise aux activités communautaires ?

SGUGM: La meilleure des potions magiques est la foi suprême .Et qui dit magie dit surnaturel.Or,à ce problème palpable, une réponse tangible ,simple et efficace sera de mise. Etre responsable, c’est savoir qu’on a une épaule sur qui compter, mais que cette épaule veut une modeste contribution ANNUELLE. Malgré les travaux d’hercule fait par les précédents bureaux, dont nous louons la perspicacité et le dévouement, on trouve que l’UGM ne fait rien ou n’agit pas. Mais participons-nous véritablement à son fonctionnement régalien ? L’UGM n’est pas nécessiteuse, mais juste dépourvue de soutien massif de la part de la communauté. Ce soutien n’est pas forcément monétaire, même si la  cotisation reste de mise. Car  pour être actif,  il faut des ressources. Les belles paroles, seules, ne suffisent pas, et c’est à nous d’en être conscients, de participer aux activités, de faire valoir nos talents dans tous les domaines, de valoriser notre culture et de partager les connaissances avec d’autres. Veiller aux attentes légitimes de la communauté, ne signifie pas pour autant qu’il faille ignorer l’essentiel de ce pourquoi nous sommes en territoire marocain :nos études ,  des stages, des soins de santé, ou encore le  travail.

Donc agissons pour que l’UGM puisse agir pour nous, tendons nous les mains pour ensemble relever la communauté et l’élever.

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM