L'émergence du Gabon : une opportunité historique !

Vendredi, 31 mai, 2013 - 10:36

 

Le Président de la République Gabonaise, a , sans doute, bien ancrée dans la tête, une préoccupation quasi obsessionnelle : traduire dans des faits tangibles et pour le moins réels, l’ambition dont il ne s’est jamais départie depuis son accession  au pouvoir d’Etat. Celle de parvenir à tailler au Gabon une place de choix dans le gotha mondial des pays émergeants, d’ici à l’horizon 2025.

            La période  2009-2013  plus qu’une simple période de règne dont d’aucuns tireraient une gloire aux senteurs monarchiques, revêt donc avant tout pour Ali BONGO ONDIMBA, du fait de la vertu et d’un dévouement à la limite du sacrifice avec lesquels il entend s’acquitter de la tâche qui est la sienne, un caractère sacerdotal. Evidemment, élu pour un premier mandat de sept ans, il va sans dire que le défi qu’il devra relever dans cet intervalle de temps est celui de donner des gages clairs et sans ambigüité aux Gabonais. Des garanties à la mesure du sacerdoce, le « priesthood » diraient les Anglais, dans lequel il a décidé de s’inscrire et de conduire sa gouvernance.

            Or, précisément, depuis qu’il est aux affaires, et pourvu que les opposants politiques veuillent, pour une fois,  ne pas volontairement transformer en oripeaux les habits neufs que les gouvernants s’échinent à confectionner pour leur peuple, tout le monde voit bien la toilette quasi-impeccable qu’enfile petit à petit, et sous le contrôle de son premier citoyen, le Gabon. Cette belle mise, ce look de star qu’affiche progressivement notre pays, c’est le résultat de cette rage de vaincre (le sous-développement et ses nombreux avatars), que même l’observateur le plus lointain de notre vie nationale ne peut s’empêcher de percevoir chez  Ali BONGO ONDIMBA.

Résultat : ceux qui ont décidé de tourner dos à la mauvaise foi pour regarder objectivement ce qui se passe sous leurs yeux, se trouvent témoins de cette petite révolution, quasi-copernicienne, qui s’opère au Gabon  avec un homme, Ali BONGO ONDIMBA , qui ne s’accorde aucun répit, ne recule devant rien, ne s’embarrasse d’aucune fioriture quand il s’agit de redorer le blason de son pays.

            En seulement quelques petites années,  celui que toutes les inimitiés, malveillances, agressions, aussi bien verbales, que morales, auraient dû éloigner de sa volonté de conduire le destin de son peuple, a tellement donné à celui-ci que beaucoup en sont à se demander à quoi ressemblera l’héritage d’Omar BONGO ONDIMBA lorsque, sa mission finie, l’homme se résoudra à prendre un repos bien mérité.

            Au plan économique, Ali BONGO ONDIMBA  aura par son aura personnelle suscité un déluge d’investissements, redynamisé un secteur secondaire et tertiaire lui-même détonateur d’une croissance qui flirte aujourd’hui avec les deux chiffres. Ali BONGO ONDIMBA  aura donné un sens à la gouvernance. Quand on ajoute à cette performance l’immense chantier à ciel ouvert qu’est devenu un pays dont tout tombait en ruine, il faut être de très mauvaise foi pour ne pas tirer le chapeau à ce bourreau du travail.

            Au plan politique, même si l’opposition , et c’est de bonne guerre , pour des raisons qui lui sont propres et dont certains aspects sont purement affectifs et malheureusement dénués de tout bon sens (politique), tarde à l’admettre ,  force est de reconnaître que des avancées notables sont enregistrées.

L’autre dynamique dont aucun Gabonais  et habitant du Gabon  ne peut plus nier l’effet rassurant pour les populations et l’environnement des affaires, c’est celle de la sécurité, devenue un véritable cheval de bataille pour le Chef de l’Etat Gabonais.

            Au total, on ne le répétera jamais assez, Ali BONGO ONDIMBA  est une véritable chance pour le Gabon. Ceux qui, sur des chevaux d’aigreur et  petitesse, continuent de prétendre le contraire, continueront à hurler en regardant la caravane passer, allègrement

Ali BONGO ONDIMBA  n’a qu’une obligation: ne pas décevoir le binôme très complice Peuple et Histoire qui ont porté leur choix sur lui pour présider à la destinée du Gabon.

 

FSNB