Développement Haumain : clôture de la Conférence de Rabat sur les méthodes de mesures de développement humain et les approches d'évaluation axées sur l'équité en faveur des nouvelles générations!

Vendredi, 6 juin, 2014 - 13:11

Deux jours durant, plusieurs intervenants d’Afrique, d’Amérique Latine, de la Région MENA, de l’Asie du Sud et d’autres régions du monde ont partagé leurs expériences en matière de mesures du développement humain et de pauvreté multidimensionnelle. La rencontre aura réuni des experts de différents états, en partenariat avec les agences du système des Nations Unies, au Maroc. Avec, pour objectif, d’approfondir ces méthodes et mettre en place des indicateurs spécifiques, reflétant la réalité de chaque pays, afin de mesurer les progrès réalisés

  

Abordant la synthèse de ces 48 heures de travail, Madame  Nathalie BOUCHE, du Bureau Régional du Pnud pour les Etats arabes,  a reconnu que «la région Mena a connu une réduction marginale de la pauvreté monétaire, qui est passée de 5,5% en 1990 à 4,1% en 2010, malgré la réalisation d’une croissance annuelle de 2% du PIB». Une assertion renvoyant, selon elle, à l’importance du paramètre des inégalités dans la mesure de l’impact des politiques sociales. En clair, a-t-elle noté «il s’agit des disparités combinées de genre, de revenus et de localisation».

Cette phase de synthèse aura , également permis  de présenter  l’évaluation comme un levier pour l’amélioration de la gouvernance, qui permet d’avoir des données fiables pour guider les stratégies de développement, et réorienter l’action publique au profit des populations ciblées.

 

 

La difficulté des indicateurs internationaux à refléter la réalité de l’impact des politiques sociales  sur le développement humain aura été longuement évoquée.  Il s’agit, en fait de mieux évaluer l’impact réel de ces programmes qui coûtent des milliards au budget de l’état. Surtout face au caractère multimendimensionnel de la pauvreté que ces programmes sont censés combattre.

Cette conférence aura donné l’opportunité à différents orateurs de mettre  l’accent  sur «le caractère difficile de la mesure des effets du développement». Examinant, en conséquence,  les différentes méthodes de mesure du développement humain, et les approches d’évaluation axées sur l’équité en faveur des nouvelles générations. Etant entendu que  les méthodes de mesure favorisent un meilleur ciblage des populations d’où l’intérêt d’un échange efficient d’expériences.

Clôturant la Conférence, Monsieur le Ministre Rachid BENMOKHTAR BENABDELLAH,  Président de l’Observatoire National du Développement Humain(ONDH) a émis le profond souhait que, face au caractère multidimensionnel de la pauvreté  les intervenants s’accordent  à reconnaître que l’évaluation ne peut être limitée à sa seule dimension technique. Mais qu’elle doit tendre vers l’optimisation des performances, permettre d’avoir des données fiables pour guider les stratégies de développement, et réorienter l’action publique au profit des populations ciblées. L’idée, étant de considérer la mesure et l’évaluation comme des outils au service de la réflexion politique. Tout en rejoignant les vœux de nombreux participants sur l’institutionnalisation à venir de cette Conférence.

La cérémonie s’est achevée par une signature de convention de partenariat entre l’Observatoire National du Développement Humain (ONDH) et le Ministère Marocain de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle.                    

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM