Des pistes pour relever les défis de l’urbanisation !

Vendredi, 4 octobre, 2013 - 19:28

Lors de la séance d’ouverture officielle du Sommet mondial des dirigeants locaux et régionaux, les différents intervenants ont été unanimes quant à l’impératif de trouver des réponses urgentes tant aux enjeux actuels que futurs de l’urbanisation qui ne cesse de s’accélérer.

Le quatrième congrès mondial du CGLU (Cités et gouvernements locaux unis), dont les travaux prennent fin aujourd’hui, s’est tenu  sous le signe de l’optimisme, en dépit de la multitude des enjeux à relever pour faire face aux problèmes posés par l’accélération de l’urbanisation partout au monde. Les différents intervenants, triés sur le volet, ont appelé à axer les débats sur les différentes issues d’accompagnement de la nouvelle gouvernance locale dans un monde de plus en plus urbanisé.

Il s’agit, selon Kadir TOPBAS, Maire d’Istanbul et Président du CGLU, de pouvoir s’adapter aux nouveaux et futurs enjeux de l’urbanisation qui doit être bien gérée et bien conçue. La concrétisation de cet objectif passe, selon lui, par la mise en place d’une approche de proximité basée sur les besoins de la population, notamment la jeunesse. Les autorités locales doivent, en effet, être capables de répondre aux attentes des citoyens et de préparer un monde meilleur pour les générations futures.

Même son de cloche chez Bertrand Delanoë, Maire de Paris et Président Fondateur d’Honneur du CGLU, qui a tenu à relever la plus haute importance d’accorder un intérêt particulier à la force de la jeunesse : «D’ailleurs, c’est pour cette raison que nous organisons cet évènement en Afrique, terre de la jeunesse et au Maroc terre de la tolérance».Le responsable français a également jeté la lumière sur l’impératif de s’unir pour pouvoir agir ensemble sur la base d’objectifs communs qui doivent être adaptés à la réalité de chaque région.

Joan Clos, Sous-Secrétaire Général des Nations unies, Directeur Exécutif d’ONU-Habitat, a , lui aussi , estimé  que les municipalités sont le berceau du développement durable et de la démocratie. Son intervention a été axée sur la redéfinition des objectifs du millénaire post-2015. Il a lancé un appel aux gouvernements locaux pour participer à la troisième conférence des Nations unies «Habitat III» qui aura lieu en 2016 : «Ce sera un moment d’extrême importance qui permettra aux gouvernements locaux de contribuer à cette ère de développement post-2015 en participant à la nouvelle conception urbaine». Pour les Nations unies, l’urbanisation est, en effet, l’outil de développement tant politique qu’économique post-2015.

Synthèse : FSNB

Source :Le Matin du Sahara