Des mesures pour combattre les inégalités sociales !

Dimanche, 27 avril, 2014 - 12:13

Clôturant les travaux des assises sociales, le président de la République Monsieur  Ali BONGO ONDIMBA a annonce la mise en place d’une enveloppe de 250 milliards pour financer la politique sociale, a travers un fonds de micro-crédit et l’amélioration du service public. Des efforts budgétaires qui viennent compléter les autres politiques déjà mises en œuvre pour l’amélioration des conditions de vie des gabonais.

D'autres annonces ont êtes faites par le Chef de l’Etat gabonais. Notamment :la prise en charge des soins de santé pour les familles économiquement faibles.   La solidarité nationale jouera pleinement son rôle, et tout particulièrement dans les domaines suivants:

  • la prise en charge a 100% des malades atteints de cancers,
  • la prise en charge a 100% des familles vivant dans grande précarité, et ce, après enquête sociale,
  • l’uniformisation du remboursement de tous les médicaments d’au 80%,
  • la prise en charge total des frais médicaux aux urgences médicales, les premières 24h,lorsque le diagnostic vital est engage, pour tous les gabonais, qu’ils soient assurés ou non,
  • la prise en charge des travailleurs du secteur prive par la CNAMGS a partir du 1er juin 2014.

Concernant les allocations familiales, le président de la République a annoncé l’augmentation de cette allocation offerte  aux familles économiquement faibles dés le mois de juin 2014 de 4000FCFA a 5000F par enfant et par mois.


Pour le réduire le nombre des chômeurs,   s’agissant de l’employabilité des jeunes, il a été décidé :
  • de la restructuration, sans délai, de l’office national de l’emploi, avec le recensement et l’établissement d’une cartographie du chômage dans notre pays, le redéploiement des structures d’accueil ainsi que l’augmentation substantielle des ressources du fonds d’insertion et de réinsertion a la hauteur de nos ambitions.
  • del’instauration sans délai d’un contrat d’apprentissage jeunesse obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés d’une part et comme critère d’accès aux marches publics, d’autre part. 

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM