COP22: lancement de « Water For Africa » par les ministres africains de l’Eau !

Mercredi, 13 juillet, 2016 - 10:04

En marge de la Conférence internationale sur l’eau et le climat qui vient de se tenir  à Rabat, au Maroc, plusieurs ministres africains chargés de l’eau qui y participaient ont interpellé la communauté internationale, au cours d’uneTable ronde ministérielle sur « L’eau en Afrique : pour une justice climatique ».

  

Avec la naissance de l’initiative « Water for Africa » , cette rencontre de Rabat appelle la communauté internationale à appuyer les pays africains afin d’atteindre les Objectifs de Développement Durable (ODD) et de considérer l’eau comme une priorité dans l’adaptation pour résoudre sa précarité.

  

 

Les ministres entendent ainsi , de manière concrète ,  engager des actions de résilience et d’adaptation aux changements climatiques dans le domaine de l’eau et de l’accès à l’assainissement, afin de parachever les chantiers de développement durable dans le continent africain.

Soulignant que le Maroc allait ‘’répéter son engagement pour être le porte parole de l‘Afrique à la COP22’’ , Madame  Charafat AFILAL, ministre déléguée chargée de l’eau , du Royaume du Maroc , a indiqué que   « Water for Africa » est l’appel de l’Afrique à l’ensemble de acteurs du développement durable à la veille de la COP22 qui est la COP de l’Afrique.

Des panélistes experts du système onusien, acteurs politiques et scientifiques ont tout au long des deux journées de travaux de cette conférence , défini la place de l’eau dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris et des objectifs du développement durable (ODD), la maitrise de la relation eau-climat, l’alliance eau – énergie – sécurité alimentaire – santé – éducation et également, les mécanismes de financement liés aux changements climatiques.

 

La place et le rôle de la société civile ont , de nouveau , été salués et loués pour une meilleure et plus large appropriation des données devant concourir à la prise en compte effective des processus liés à une utilisation rationnelle des eaux .

Une conclusion unanime s’est dégagée pour un appel à l’action en faveur de l’eau à travers la mise en place des mécanismes de financement. Sans quoi, l’impact des changements climatiques sur l’eau dans les pays africains pourra passer de 47 pour cent en 2000 à 65 pour cent en 2025 tout en réduisant le PIB du continent d’environ 3 pour cent.

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM