Le Chef de l'Etat Gabonais à la Conférence RIO+20 !

Vendredi, 22 juin, 2012 - 13:00

''Nous ne pouvons plus nous permettre de conjuguer le futur de la planète au conditionnel . il nous faut agir maintenant .'' C’est en ces termes et sous une salve d’applaudissements que le Président Ali BONGO ONDIMBA  a clôturé son allocution à la tribune de la conférence sur le Développement durable qui se tient à Rio.Cet appel pressant à la communauté internationale trouve sa source dans le constat que l’engagement requis de la communauté internationale d’adopter des pratiques environnementales, économiques et sociales durables ne s’est pas concrétisé depuis Rio 1992.

Présence remarquée du Président Gabonais

« Nous voilà réunis à nouveau à Rio. Notre tâche est de planifier le cours nouveau d’un développement durable et harmonieux, en intégrant la lutte contre le changement climatique, la préservation des ressources naturelles et le développement des économies vertes dans nos stratégies de réduction de la pauvreté. Nos populations, notre jeunesse, tous lèvent les yeux vers nous tous pour voir les résultats d’un engagement renouvelé et notre résolution à agir » dira le Président Ali BONGO ONDIMBA  à l’entame de son propos.

Sortant des sentiers battus et discours usuels, Le Chef de l’Etat a témoigné de l’expérience gabonaise de prise en compte du développement durable dont la mise en place du ministère du même nom, également en charge de l’Economie n’est qu’un aboutissement et une traduction logiques.

Face aux interrogations et attentes de solutions des populations, le Président de la république devait déclarer : « Une économie durable qui intègre le capital social, le capital naturel et le capital économique est la seule réponse ».

Clôturant son propos, le Président de la République Gabonaise a plaidé pour des «moyens effectifs de mesure du progrès et des résultats ainsi qu’une comptabilisation du capital social et naturel en sus des indicateurs de développement économiques classiques.

Nous devons agir de manière solidaire et trouver des ressources additionnelles pour nous attaquer aux défis actuels et futurs.

Les engagements du passé doivent être tenus mais nous devons aussi examiner les moyens d’accroître les ressources grâce à des mécanismes de financement innovateurs».

Source : COCOM