L'AID AL MAWLID , célébré , ce Jeudi 24 Janvier 2013 !

Mercredi, 23 janvier, 2013 - 13:10

La célébration par les Marocains de l'Aid Al Mawlid (  Naissance du Prophète )  découle de leur profonde vénération à sa noble personne et leur attachement aux valeurs authentiques et aux idéaux supérieurs de l'Islam.

 

Aïd Al-Mawlid, fête qui commémore la naissance du Prophète Mohammed  et qui sera célébrée ce Jeudi 24 janvier 2013 , est l’une des fêtes religieuses les plus appréciées des Marocains. Chaque année à cette occasion, des veillées religieuses sont organisées dans les quatre coins du Royaume. Et même si les aspects de la célébration de cette fête diffèrent d’une ville à une autre et d’une région à l’autre, le point commun de ces festivités reste le port de vêtements traditionnels pour se rendre aux lieux de prière, l’échange de visites, l’accompagnement des enfants pour des sorties en famille… sans oublier les incontournables, à savoir l’achat de nouveaux habits pour les enfants et les fruits secs.

   

Ces derniers voient, d’ailleurs, leurs prix flamber en ces périodes de festivités que les commerçants attendent avec impatience. En plus de son caractère social, dans la mesure où des familles entières se réunissent autour de mets préparés spécialement pour ce jour, Aïd Al Mawlid constitue pour les Marocains une occasion de perpétuer des traditions, devenues par le temps patrimoine culturel et populaire. C’est aussi un moment opportun pour rappeler les nobles préceptes de l’Islam et inviter les fidèles à revigorer leur foi et s’imprégner des valeurs spirituelles et morales de la religion musulmane.

Entre processions religieuses et veillées de récitation du saint Coran et des panégyriques du Prophète, les traditions festives accompagnant Aïd Al Mawlid sont très diversifiées. Paradoxalement, malgré les prix élevés des marchandises, les Marocains ne se privent pas. Que ce soit à la métropole, comme dans toutes les villes du Royaume, les magasins, les souks et les kissariats sont bondés de citoyens venus se faire plaisir en cette fête sacrée.

Cierges et moussem

Chaque région a ses propres coutumes. À Salé, par exemple, la ville accueille le jour de l’Aïd une importante procession de personnes portant des cierges, un rituel que les « chorfas hassouniyine » perpétuent depuis quatre siècles. La fête est également célébrée par les zaouias et les Tariqas soufies de tout le pays, comme le cas de la ville de Meknès où se convergent, chaque année, des milliers de pèlerins de différentes tribus du Maroc et s’installent près du mausolée (Moulay Driss Zarhoun) pour célébrer la naissance du Prophète. Une célébration sous forme d’un « moussem » qui dure une semaine. Cette tradition centenaire réunit des centaines de milliers de fidèles, aussi bien de la confrérie des « Aissaoua » que d’autres confréries religieuses, qui accomplissent, en taïfas (groupes), les rites de la Zyara du mausolée et se livrent, durant les sept jours du moussem, à de longues nuits de musiques et de danses processionnaires.

Petit aperçu historique

L’anniversaire du Prophète n’a jamais été célébré de son époque, ni par ses compagnons, ni mêmes par les musulmans sunnites des premiers siècles de l’Islam. La célébration de la naissance du Prophète Mohammed a donc eu lieu pour la première fois en l’an 362 de l’hégire au Caire, avant d’être annulée en 490 de l’hégire.

D’après l’historien Ibn Kathîr, elle fut réinstaurée bien plus tard, vers 1207. Au Maroc, Aïd Al Mawlid a été officiellement introduite en 1292 de l’hégire, par le sultan mérinide Abû Yacoub Youssef Nasr. Aujourd’hui, la fête du Mawlid est considérée comme un jour férié, comme c’est le cas dans la plupart des États musulmans.

FSNB / JCB