3éme et dernière journée du GROUPE C !

Mercredi, 30 janvier, 2013 - 09:46

La Zambie chute

La Zambie a donc dit adieu à la CAN 2013 ., Troisième de son groupe derrière le Burkina Faso et le Nigeria, l’équipe n’a jamais paru en mesure de défendre son titre cette année en Afrique du Sud. Avec 3 points, les Chipolopolo sont devancés au classement par le Burkina Faso (5 points) et les Super Eagles du Nigeria (5 points).

Vingt et un ans que le champion en titre n’avait plus été éliminé lors de la phase de poule. Il faut remonter à 1992 et la sortie précoce de l’Algérie pour voir telle mésaventure se produire.

Du côté du Burkina Faso,  les Etalons retrouvent les quarts de finale 15 ans après. Leur dernière participation à un tel stade de la compétition remonte en effet à 1998 et une Coupe d’Afrique jouée à la maison.

 

Mais l’équipe entraînée par le belge Paul PUT  , va devoir se passer , pour le reste de la compétition de son milieu de terrain , Alain TRAORE , par ailleurs meilleur buteur de cette CAN , victime d’un calquage à la cuisse gauche  dès la 11éme minute .

Hervé Renard : "C'est anormal d’être éliminé au 1er tour"

Quel est votre sentiment après cette élimination ?

Je suis triste pour tout le peuple zambien. Nous on est des sportifs, on est habitué à perdre, à gagner. Le plus ennuyeux, c’est pour tous ceux qui pleurent car la Zambie ne s’est pas qualifiée. Ils portent l’équipe avec leur cœur donc je suis désolé pour eux. Mais je pense que l’on a tout donné pour se qualifier. On a fait un très bon match dans des conditions difficiles pour nous. Je suis fier de ce que l’on a fait, malheureusement ça n'a pas payé. Il faut savoir l’accepter.

L’année dernière, on frappait 3 fois, on marquait un but. Cette année, on a frappé 5 fois sans marquer. C’est le football. Le destin avait choisi autre chose.

Comment avez-vous senti vos joueurs à l’issue de la rencontre ?

Déçu ! Quand on vient pour jouer une Coupe d’Afrique, on est toujours ambitieux. Et on était ambitieux car on a eu la chance de toucher le ciel l’an dernier et que l’on voulait encore voler un peu. Mais c’est le football, il faut savoir garder les pieds sur terre et parfois une bonne gifle, cela ne fait pas de mal.

Cela prouve surtout qu’il est difficile de rester au sommet ?

Sincèrement, c’était très difficile pour nous de rester tout en haut. Mais être éliminé dès le 1er tour ce n’est pas normal.

Allez-vous rester à la tête de la sélection zambienne ?

Moi j’ai un contrat en Zambie, donc on va déjà finir les qualifications pour le Mondial 2014. Mais ce n’est pas tellement le problème. Le problème c’est de savoir qu’à Lusaka et dans toute la Zambie, des gens sont tristes. Donc ils peuvent me faire porter toute la responsabilité, je le supporterais. Mais je pense que les joueurs ont fait le maximum.

Comment vous analysez le match  ?

Je pense que l’on a fait tout ce qu’il fallait. On n’a juste pas trouvé la faille. Si on avait inscrit ce petit but, tous les discours seraient différents. C’est ça la difficulté et parfois la beauté du football. En toute sincérité, il y a vraiment très peu de différence entre l’équipe de l’année dernière et celle-ci.

Parlez-nous de l’état du terrain…

Quand on est venu en décembre le reconnaitre, c’était le plus beau terrain d’Afrique du Sud. On était ravi de venir jouer ici. Mais je ne sais pas ce qu’il s’est passé !

Je pense que le terrain a beaucoup aidé le Burkina Faso à se qualifier, mais ça fait parti des circonstances. Il fallait que l’on s’adapte et on ne s’est pas bien adapté.

Vous n’avez pas titularisé Christopher Katongo, était-il blessé ?

Non c’est un choix. Il a débuté les deux premiers matches. Mayuka n’avait pas commencé le 1er. Collins Mbesuma n’avait pas débuté le 2ème. Je pense que les 2 ont fait un bon match, notamment Mbesuma qui a été très bon. Il ne lui manquait que ce petit but. Normalement, l’étincelle elle vient de lui. Là, il a une super occasion en 1ère mi-temps et il fait une passe au gardien. Pareil contre le Nigeria !

 

Mohamed Koffi , défenseur du Burkina Faso : "On peut arriver en finale"

Cela doit être un grand bonheur pour vous cette qualification ?

Vraiment beaucoup de bonheur ! C’est une grande joie. On s’est battu pour atteindre notre objectif qui était d’accéder aux quarts de finale. Quinze ans que l’on attendait ça… On a franchi ce cap ensemble, avec tout le groupe.

Maintenant on va se concentrer sur notre prochain match. On va se battre tous ensemble et je pense que l’on peut arriver en finale.

Une fois n’est pas coutume, c’est la défense du Burkina qui a brillé …

Il fallait être très fort. On savait que la Zambie avait un bon jeu offensif, très rapide et technique. C’étaient les champions d’Afrique en titre et une équipe qui arrive à battre la Côte d’Ivoire en finale (de la CAN 2012 ndlr.), ce n’est pas n’importe quelle équipe. Donc il fallait faire très attention. On a beaucoup défendu, mais on a tenu.

Parlez-nous de la sortie d’Alain Traoré…

Sa sortie nous a beaucoup touché. Parce qu’Alain Traoré, c’est un pion essentiel de notre équipe. C’est l’actuel meilleur buteur de la compétition. Peut être que l’on pourra le récupérer si l’on va jusqu’en finale. Autrement ce serait vraiment dommage, ce ne va pas être facile, mais on va faire avec.

Quel est l’avenir du Burkina Faso dans cette CAN ?

En 1998, nos grands frères sont allés jusqu’en demi-finale. Nous, on va se battre pour aller en finale. On peut le faire.

En quart de finale, vous préférez le Togo ou la Tunisie ?

Je n’ai pas de préférence. L’essentiel c’était que l’on reste ici à Nelspruit. Maintenant, quelle que soit l’équipe, nous la battrons !

 

Le Nigeria sera en quart de finale

Le Nigeria a finalement obtenu sa qualification pour les quarts de finale en battant l'Ethiopie à Rustenburg ce mardi 29 janvier (2-0).

Les Nigérians seront sauvés par deux penaltys que Moses se charge de transformer (79e et 90e, 2-0).

FSNB / JCB 

Avec : RFI