14éme session du Coùmité Exécutif de CGLU-AFRIQUE : Rabat,pôle d'attraction de la gouvernance locale en Afrique !

Mardi, 10 mai, 2016 - 16:24

Monsieur Charki DRAISS , Ministre délégué auprès du Ministre Marocain de l’Intérieur , chargé de la Décentralisation , a procédé , ce Mardi 10 Mai 2016 , dans un hôtel de la Ville de Rabat , au lancement officiel des travaux de la 14éme Session du Comité Exécutif de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’ Afrique (CGLU-AFRIQUE).

 

Organisée avec l’appui de l’Association Marocaine des Présidents des Conseils Communaux (AMPCC), cette rencontre connait la participation de la quinzaine de   membres du Comité, représentant  les Associations Nationales des Collectivités et des Villes d'Afrique .

C’est en sa qualité de Présidente de l’Association des Maires du Gabon (AMG) , que Madame  Rose Christiane OSSOUKA RAPONDA  , Maire de la commune de Libreville , est présente à ces assises . 

Devant les responsables et membres de ce Bureau, Monsieur le Ministre aura  réaffirmé l’engagement du Maroc à continuer à mener des actions en faveur de la gouvernance locale en Afrique. Affirmant que le Royaume tiendra tous ses engagements, et notamment, celui de batailler, le plus fermement possible pour permettre au candidat de l’Afrique, le sud africain  Mpho PARKS TAU , Maire de la ville de Johannesburg, d’accéder au poste de président mondial CGLU.

Monsieur Charki DRAISS aura, par ailleurs, indiqué à l’assistance, que dans la perspective de la COP22 que le Maroc abritera au mois de Novembre prochain, il serait souhaitable d’envisage rune très forte participation africaine.

Quelques instants avant , Madame Jeanne d'Arc KAGAYO Ministre burundais du Développement Communal, évoquant   la  décentralisation effective dans son pays  afin de réaliser la vision de développement incarnée par l'Accord d'Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi (AAPRB)  , conclu il y a déjà 15 ans., a indiqué que la décentralisation, ne sera effective que quand tous les différents pouvoirs (sanitaires, scolaires, fonciers, économiques, commerciaux, etc.), seront réellement transférés vers les communes.

Mais en attendant l'atteinte de ce cap, a souligné la ministre KAGAYO, il sied de reconnaître que le processus burundais de décentralisation a déjà enregistré à son actif d'importants acquis.

Rappelant que dans le pilotage de ce processus de décentralisation, le Burundi ne travaillait  pas en vase clos, mais s'inspirait notamment des " Cités Gouvernements Locaux Unis d'Afrique" (CGLUA), qui sont des structures de financement qui ont déjà leurs preuves sous d'autres cieux africains tels qu'au Maroc.

Pour sa part, Fouad El OMARI  président de l’Association Marocaine des Présidents des Conseils Communaux (AMPCC) a déclaré que cette rencontre de Rabat constituait «l'occasion de jeter la lumière sur le grand rôle joué par le Maroc, à travers ses élus locaux, dans le renforcement de la présence de la CGLUA à l'échelle africaine et internationale».

Dans ce sens Khalifa Ababacar SALL , Maire de la ville de Dakar et Président de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique), , n’a pas  manqué de dire  à sa Majesté le Roi Mohammed VI, toute la reconnaissance et la  gratitude de CGLU-AFRIQUE pour ce qui est , sans cesse entrepris . Notant  qu’aujourd’hui CGLU Afrique était  au Maroc dans d’excellentes conditions, mais surtout, que le Maroc est un pays pionnier en matière de décentralisation et  qui dispose d’une expérience et d’une expertise qu’il sera toujours utile de solliciter  .

Exigences protocoalires , souhaitant la plus cordiale et chaleureuse des bienvenues à ses hôtes , Mohamed SADIKI , Maire de la ville de Rabat a présenté différentes facettes touristiques et culturelles de sa ville . se félicitant de ce que celle-ci soit le porte flambeau de la gouvernance locale africaine , et appelant les uns et les autres à , davantage , pérenniser ces acquis .

PRESSE ET COMMUNICATION AHRRGM